La piel que habito

Tout en reprenant des thèmes chers à Pedro Almodovar, le film se drape dans une peau à la fois austère et audacieuse, qui lui donne une place un peu à part dans la filmographie du cinéaste espagnol.

Cahiers du cinéma

La piel que habito

de Pedro Almodóvar

Depuis que sa femme a été victime de brûlures dans un accident de voiture, le docteur Robert Ledgard, éminent chirurgien esthétique, se consacre à la création d’une nouvelle peau, grâce à laquelle il aurait pu sauver son épouse. Douze ans après le drame, il réussit dans son laboratoire privé à cultiver cette peau : sensible aux caresses, elle constitue néanmoins une véritable cuirasse contre toute agression, tant externe qu’interne, dont est victime l’organe le plus étendu de notre corps. Pour y parvenir, le chirurgien a recours aux possibilités qu’offre la thérapie cellulaire. Outre les années de recherche et d’expérimentation, il faut aussi à Robert une femme cobaye, un complice et une absence totale de scrupules. Les scrupules ne l’ont jamais étouffé, il en est tout simplement dénué. Marilia, la femme qui s’est occupée de Robert depuis le jour où il est né, est la plus fidèle des complices. Quant à la femme cobaye…

Langue
Espagnol sous titré Français
Genre
Thriller, Drame
Pays
Espagne
Année
2011
Réalisateur
Pedro Almodóvar
Acteurs
Antonio Banderas, Elena Anaya, Marisa Paredes
Durée
117 Minutes
Récompenses
Goya de la meilleure actrice, Goya de la meilleure révélation masculine, meilleur film non anglophone (BAFTA Awards), Prix de la jeunesse (Festival de Cannes)